LeParisien – Article Fibromyalgie du 16/01/2015

Elle se bat pour faire reconnaître sa maladie

Antoine Guy | 16 Janv. 2015, 07h00 | MAJ : 16 Janv. 2015, 06h48

4450279_11-1-775646759_545x460_autocrop

Christine Moisson a pu mettre un nom sur son affection en 2009. Elle vient de devenir la référente dans le département d’un collectif qui milite pour la faire connaître. (LP/A.G.)

Peu connue, la fibromyalgie est qualifiée de simple syndrome par le ministère de la Santé. Christine Moisson, fibromyalgique depuis 2009, se bat contre cet état de fait. Cette habitante d’Enencourt-Léage (près de Chaumont-en-Vexin), a d’abord créé un groupe Facebook, avant de rejoindre, tout récemment, un collectif, Fibro Action, et d’en devenir la référente dans l’Oise.

La fibromyalgie est une maladie qui touche le système nerveux et les muscles. Elle provoque des douleurs multiples, des problèmes intestinaux ou encore des troubles du sommeil qui engendrent quasiment systématiquement une dépression.

Un courrier adressé à tous les députés et à la ministre

« Vous m’auriez vu il y a quatre ans, j’étais un véritable zombie », se rappelle Christine Moisson. Traitée avec de la morphine et des anti-douleurs « qui rendent amorphes », elle passera quasiment six mois au lit sans savoir identifier son mal. Elle ira jusqu’à tenter de mettre fin à ses jours. Aujourd’hui, grâce à une relaxologue mais aussi l’acupuncture ou encore de l’homéopathie, elle parvient à vivre correctement. « Mais ce sont des thérapies alternatives, et cela coûte cher, explique Christine Moisson. Si en plus ce n’est pas reconnue comme maladie, les traitements ne sont pas forcément couverts à 100 % par la sécurité sociale. ».

Avec son collectif, elle a décidé d’écrire à tous les députés ainsi qu’à Marisol Touraine, la ministre de la Santé. L’objectif : faire reconnaître cette maladie et « sensibiliser les gens, les informer, surtout ceux qui en sont victimes sans être diagnostiquées ». A cet effet, elle organise des distributions de tracts, colle des affiches et a même prévu unemanifestation dans les locaux de la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM). En France, entre 1,5 et 3 millions de personnes seraient porteurs de cette maladie.

Source : http://www.leparisien.fr/espace-premium/oise-60/elle-se-bat-pour-faire-reconnaitre-sa-maladie-16-01-2015-4450279.php

Laisser un commentaire