Lettre à l’attention de Marisol Touraine, du Médecin conseil et du Médecin chef

Madame, Monsieur,

Je vous sollicite afin que me soit accordé un rendez-vous avec mon médecin conseil dès que possible ainsi que des précisions sur les motivations de la décision rendue par celui-ci impliquant l’arrêt du versement d’indemnités journalières à partir du 4 Novembre invoquant le motif suivant :

« Votre arrêt de travail n’est plus médicalement justifié à cette date »

Notamment sur la signifaction de cette phrase, veut-elle dire que je suis un affabulateur ? Ou que j’exagère peut-être mes symptômes afin de rester chez moi ?

Cette décision a pour conséquence de me mettre en position difficle alors que je le suis déjà, cela va tout simplement mener au licenciement pour inaptitude alors que ni vous ni moi ne pouvons dire que cette situation ne va pas évoluer et quand, même si cela n’a pas été le cas pour le moment, les traitements mis en place pour l’instant n’ont pas été efficaces mais cela peut changer suite à la mise en place d’autres traitements. Je vais donc être mis au chômage suite à cette décision sans perspective de pouvoir reprendre un emploi tant que ma situation n’évoluera pas.

Comment pouvez-vous juger de l’impact de mes douleurs et de ma fatigue sur ma santé sans tenir compte de ce que je vous avance à savoir :

Douleurs

Douleurs constantes touchant toutes les articulations principales du côté droit et du côté gauche localisées principalement au niveau des genoux, hanches, épaules, coudes, poignets chevilles.

j’évalue la douleur à 6 la plupart du temps voir 7 ou 8 lorsque je suis stressé ou épuisé.

Fatigue

Epuisement constant, mémoire altéré, concentration très réduite, capacités physiques extrêmement diminuées

Psychique

Très forte anxiété (sur mon devenir notamment et celui de ma famille), épuisé psychologiquement

Cela ne veut-il rien dire ? Ce ne sont que des mots pour vous, mais c’est la réalité pour moi.

Sans parler du côté suspensif de cette décision qui pour moi n’est qu’économique et ne tient absolument pas compte du côté humain de ce que je subis aujourd’hui est effective depuis le 4 Novembre, j’ai contesté cette décision il y a bientôt deux mois et je n’ai pas encore eu de rendez-vous avec le médecin expert. Je n’ai donc plus de rentrée d’argent depuis cette date mais je dois continuer à vivre et mes enfants aussi.

Dans cette situation qui est la mienne, je n’ai pas le temps d’attendre les délais (2 mois pour un recours, 6 mois pour statuer sur un dossier mdph…), comment je vis pendant ce temps là ?

J’ai sollicité le journal Ouest France pour la rédaction d’un article sur ma situation qui va paraître dans les jours à venir, car je la trouve complétement absurde, je subis une maladie, je ne l’ai pas choisis, et je me retrouve face à des interlocuteurs qui ne m’entendent pas (que ce soit la médecine du travail, la cpam, mon médecin généraliste qui est complétement dépassé…), et les institutions auprès des quelles on serait en droit d’attendre un accompagnement et de l’aide afin de pouvoir surmonter cela, vous lachent tout simplement.

Dans l’attente d’une réponse de votre part,

Je vous prie d’agréer mes sincère salutations.

Laisser un commentaire